Quelles conséquences pour le « package » du Sahara marocain ?

Plaidoirie diplomatique: Joe Biden président ? Quelles conséquences pour le « package » du Sahara marocain ?

Anis El Okbani & Irina Tsukerman

15 Mars, 2021 

Image credit: “File:Cycling near tarfaya western sahara morocco.jpg” by Alexander Leisser is licensed under CC BY-SA 4.0

D’abord la « Proclamation de Trump »

Juridiquement, Quelle est la valeur de la décision de Trump ? 

Juridiquement, elle a une valeur pleine et entière. 

Quelles sont ses bases ?

Aux Etats-Unis, Les « proclamations » ont force de loi dès lors qu’elles sont fondées sur l’autorité constitutionnelle exclusive du président. Et c’était le cas pour la décision de l’ex-président Donald Trump de reconnaitre la souveraineté du Maroc sur son Sahara.

Peut-elle être révoquée ? Et par qui ?

Théoriquement, le nouveau président Joe Biden peut revoir les décisions ou réévaluer les actes de son prédécesseur. Mais Politiquement, changer cette décision est « improbable et sans intérêt ». Et selon des experts et diplomates proches du dossier, «Oui, théoriquement, Joe Biden pourrait annuler la décision Trump, mais, sur cette question, il ne semble avoir aucun intérêt politique à le faire”. Joe Biden est un politicien professionnel.

Il faut néanmoins, selon nos sources, prévoir quelques « tentatives et nuisances » sur ce terrain. D’où l’intérêt du côté marocain de «ne pas se reposer sur ses lauriers». La proclamation du président Trump est, certes, une décision historique. Mais c’est aussi faut-il le rappeler, une grande opération qui s’est construite, secrètement en deux années de préparation d’un « package royal », et qu’il faut aujourd’hui consolider. 

Que dire du dossier marocain ?

Les experts et diplomates s’accordent sur ce constat : « Le Maroc a un dossier juridiquement solide ». Mais le problème est « ailleurs » ! Nous y reviendrons plus tard.

Mieux encore, depuis l’arrivée de Biden, le Roi Mohamed VI a de nouveau, des appuis au Congrès et au sein de l’administration américaine. Mais aux Etats-Unis d’Amérique, le paysage politique connaît l’émergence de nouvelles figures qu’il faut sensibiliser à la cause nationale marocaine. Avec des arguments, autres que ceux utilisés avec Hillary Clinton et compagnie !

Plusieurs pays, dont les Etats-Unis d’Amériques, ont  ouvert des consulats généraux dans les villes du Sud marocain, les villes de Dakhla et Laâyoune , reconnaissant, de façon claire ainsi , la marocanité du Sahara. Un acquis à exploiter, avec prudence. Le moment n’est pas propice pour «la  Fantasia/ Tbourida » !

Le Maroc a-t-il une proposition crédible ?

La réponse est oui. 

Le plan proposé par le souverain marocain reste à ce jour, la seule option qui a l’avantage de concilier  diplomatie, espoir de sortie de ce conflit régional (ni vainqueur, ni vaincu) paix, stabilité et respect du droit international, ce qui la rend crédible. 

Et un allié qui compte au niveau de la gestion mondiale des conflits : les Etats-Unis d’Amérique. Rappel.

Donald Trump  avait officialisé la reconnaissance du Sahara marocain par les Etats-Unis.

L’ex-président américain, Donald Trump avait publié une série de tweets à travers lesquels il avait proclamé la reconnaissance officielle par les Etats-Unis de la souveraineté du Maroc sur son Sahara.

Dans un premier tweet qu’il a publié, jeudi 10 décembre 2020, Donald Trump écrit : «     Aujourd’hui, j’ai signé une proclamation reconnaissant la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental. La proposition marocaine d’autonomie est sérieuse, crédible et réaliste. Elle est l’UNIQUE base pour une solution juste et durable en faveur de la paix et de la prospérité ».

Today, I signed a proclamation recognizing Moroccan sovereignty over the Western Sahara.  Morocco’s serious, credible, and realistic autonomy proposal is the ONLY basis for a just and lasting solution for enduring peace and prosperity!

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) December 10, 2020

Trump rappelle dans un second tweet que le Maroc avait reconnu les Etats-Unis en 1777. « C’est donc normal que nous reconnaissons sa souveraineté sur le Sahara occidental », conclut-il.

Morocco recognized the United States in 1777.  It is thus fitting we recognize their sovereignty over the Western Sahara.

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) December 10, 2020

Cette annonce historique avait mis échec et mat au mouvement terroriste, le Polisario, et son mentor, l’Algérie, vraie partie concernée  par ce conflit régional. Dont acte.

Quels sont Les avantages comparatifs du Maroc dans la gestion du dossier sahraoui et la sortie de ce  conflit qui a trop duré ? 

Dans un tel contexte (les derniers événements El Guergarat), on peut légitimement se demander si  l’Algérie, mentor du Polisario, un mouvement séparatiste, peut devenir, un jour, un acteur capable d’exporter de la sécurité, au lieu du terrorisme. Et force le Maroc à se demander si les méthodes pacifiques et les institutions (ONU en premier) auxquelles il est habitué permettent de faire face à toutes les tensions et crises de cette dernière année, et qui se complique par l’annonce unilatérale du Polisario de rompre le cessez le feu,  ou s’il y a besoin d’une nouvelle option plus ou moins radicale ?

A suivre…